5 ANS D’ESPACE TV/GUINÉE : LETTRE OUVERTE A M. LAMINE GURASSY (par Mamadou Yaya Baldé)

0

Avez-vous besoin de ce feed-back ? Oui, d’un téléspectateur/auteur. A l’occasion des 5 ans d’Espace TV,
j’ai décidé de faire ce témoignage. Est-il prudent de faire un témoignage sur un groupe de presse aussi important dans la vie des Guinéens qu’Hadafo médias, rien que sur la base d’un
regard extérieur ? Ce risque, je l’ai pris. En réalité, j’ai commencé à suivre Espace (la radio) en 2010. Depuis ce jour, je n’ai cessé de vous (les animateurs) admirer, vous prêter attention et fidélité. En dépit des contingences de diverses natures bien entendu.

« LA TÉLÉ D’UNE AUTRE PLANÈTE »

L’obtention de la fréquence d’Espace TV n’a pas été une sinécure. Vous savez bien, M. GUIRRASSY, de quoi je parle. Nous connaissons tous l’histoire et les conditions dans lesquelles cette télé est née. Le contexte sociopolitique aussi. D’où le slogan si ironiquement bien forgé et qui colle le mieux : ‘’la télé d’une autre planète’’. Cependant, face à toutes ces difficultés institutionnelles, Espace a vu jour, s’est même imposée comme une évidence. Bien sûr grâce à votre opiniâtreté et sens du sacrifice. A ce propos, rappelons simplement cette
sagesse d’Arthur Schopenhauer : « Toute vérité passe par 3 étapes… Premièrement on la banalise, on la ridiculise, deuxièmement on s’y oppose violemment, troisièmement on l’accepte comme étant même une évidence ». Dans cette histoire, il y a pleins d’enseignements à tirer. Mais on peut arbitrairement retenir celui-ci : tout pouvoir, aussi fort
soit-il, est éphémère. Outre celui d’Allah, qui est éternel. Gouvernants, hommes politiques et de pouvoir, prenez en de la graine.

« LA TÉLÉ DU PEUPLE »!

En effet, cet autre slogan d’Espace TV qui était, il y a 3 à 4 ans, une pure prétention, est en
train de se traduire en réalité. Espace  »Kakandé », Foutah et des autres régions s’inscrivent
dans cette dynamique. De même que les « GG Tour diaspora » et les nombreuses initiatives
de reportage un peu partout à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Nous mesurons l’ampleur des sollicitations d’Espace par les organisateurs d’événements. A ce rythme, Espace est en phase de devenir, démagogie aucune, ce véritable empire médiatique qui étale ses tentacules partout,
en dépit des réticences de l’Etat et de certaines forces obscurantistes. Félicitations M.
GUIRASSY pour cette générosité et service rendu à la Nation. Nous aimons Espace et nous nous
y identifions fièrement en tant que Guinéens.

PRODUISONS ET CONSOMMONS  »GUINÉEN »

En Guinée, nous avons cette tendance extravertie qui consiste à dévaloriser, sous-estimer, et
même combattre ce que nous avons au profit de celui des autres (étrangers). Nous sommes
souvent enclins à croire que les ‘’bonnes choses’’ sont exotiques et viennent d’ailleurs. Tout
ce qui se fait en Guinée et, par des Guinéens, est mauvais. Il nous faut se départir de ce
complexe d’une autre époque et travailler à bâtir un secteur privé national fort, à créer et
promouvoir des vrais ‘’champions nationaux’’ à l’image des MM. Lamine GUIRASSY,
Antonio SOUARE, KPC, Tiérno Monénembo, Sia TOLNO, etc.

Espace a contribué à sortir beaucoup de Guinéens de l’anonymat, à faire révéler au grand public beaucoup de talents, voire fabriquer même des hommes et femmes politiques et stimuler le sentiment national, la cohésion sociale aujourd’hui effilochée. Des missions traditionnellement attribuées aux médias de service public. Comme pour dire, Espace TV, de par son travail de structuration, est en phase de devenir un vértitable patrimoine national.

ESPACE TV : LA TELE DES DIASPORAS GUINÉENNE ET AFRICAINE

Le groupe Hadafo Médias et ses programmes didactiques, notamment son émission fétiche,
‘’Les grandes gueules’’, font la fierté de la Guinée. A l’intérieur comme hors de nos frontières. Ici, le mot ‘’fierté’’, n’est pas galvaudé, ni exagéré, comme nous en avons
l’habitude de le voir dans certains usages peu rigoureux. Il suffit d’écouter les réactions des
non Guinéens qui arrivent, très souvent, à tomber sur cette chaîne (Espace TV) en zappant pour s’en convaincre: ils ne peuvent pas ne pas marquer un temps d’arrêt, appréciez et
s’étonnez. Oui, s’étonner que cela se passe en Guinée, un pays où la mal gouvernance a réussi à passer sous silence tous les autres atouts du pays. Ils s’étonnent que cette liberté de ton soit tolérée dans un pays qui ne figure pas sur la signalétique des nations réputées être très démocratiques.

En tant que Guinéen, j’ai été très fier de voir une équipe d’Espace TV, majestueusement
déployée dans la sous-région pour couvrir des élections présidentielles. Après le Mali en 2018, des journalistes professionnels d’Espace TV ont remarquablement couvert la
présidentielle sénégalaise du 24 février 2019. Cette initiative audacieuse du PDG du groupe Hadafo Médias participe à la reconquête de notre place, historique et grande, en Afrique et de ce que j’appelle précisément au rayonnement de la diplomatie culturelle de notre pays dans un
monde fortement globalisé.

Mon seul regret, c’est que le groupe Hadofo Médias et le phénomène des ‘’GG’’, du fait de leur relative jeunesse (11 ans pour la radio et 5 ans pour la télé), ne puissent pas encore faire l’objet d’études scientifiques fiables par des spécialistes des Sciences de l’information et de la communication (SIC). Une tendance, je le prédis, qui s’inversera dans un avenir proche. Cela pour mieux comprendre l’impact de vos émissions dans la construction d’un Nouveau Type de Guinéen (NTG) et d’une opinion publique éclairée, citoyenne, exigeante et responsable
dans notre pays.
Par ailleurs, mon propos n’est pas de dire que tout ce que Espace fait est parfait. Bien au
contraire. Cependant, nous pensons que les nombreux efforts et cette volonté, voire ce volontarisme du Groupe Hadafo médias, méritent d’être soulignés, félicités et encouragés. A
l’endroit de ses animateurs pour lesquels j’éprouve un profond respect, je rappellerai humblement cette préoccupation du sociologue français, Pierre Bourdieu, le grand maître.

« L’un des défis permanents des chroniqueurs des émissions médiatiquement célèbres, c’est justement d’éviter les dérives de ‘’l’intellectuel médiatique’’ et de son ‘’essayisme’’ hâtif
dans la production éditoriale : le fast-thinking ».

En fin, je voudrais rappeler que ce témoignage, ainsi que les observations qui le soutiennent sont le point de vue d’un auditeur, d’un étudiant, éternel apprenant, et, il faut les prendre comme
telles. C’est l’expression et la fougue d’un jeune passionné de communication et qui se veut
militant de l’excellence.

Bonne fête et bon courage !!!
Mamadou Yaya BALDE
Etudiant en Master 2 en Communication politique et des Instutions au CESTI/UCAD
Tél : (+221) 77 467 31 89.

Share.

Leave A Reply