Affaire USTG: Aboubacar Soumah brise le silence et crache ses vérités

0

Le secrétaire général adjoint du L’union syndicale des travailleurs de Guinée, Aboubacar Soumah a réagi ce vendredi sur la récente sortie de Dame Kadiatou Bah sur la participation de leur centrale syndicale à la 108ème session de la conférence internationale du travail, à Genève.

Rappelons d’abord que ce point de presse c’est pour apporter un démenti aux propos de la secrétaire générale de l’autre SLECG qui, lors de l’émission les GGs de la radio espace du jeudi 27 juin, a jeté du discrédit sur la participation de Soumah à cette conférence.

D’entrée, Aboubacar Soumah a rappelé les conditions dans lesquelles ils ont effectué le voyage, notamment les tracasseries liées à l’obtention des documents officiels de voyage et le non accompagnement fancier par L’Etat. Aboubacar Soumah précise d’ailleurs que le gouvernement a bafouillé leur droit au détriment de la CNT (Confédération Nationale des Travailleurs) dirigée par Amadou Diallo.

C’est ainsi que l’USTG d’Abdoulaye Sow a adressé une correspondance à la CSI (Confédération Syndicale des Travailleurs NDLR) à la quelle elle est affiliée, qui lui a répondu en accordant une accréditation à trois secrétaires généraux de l’USTG à savoir : Le secrétaire général, Abdoulaye Sow, la secrétaire générale adjointe, Mariama Dalanda Barry et enfin le premier secrétaire général adjoint, lui Aboubacar Soumah.

C’est a l’issue de cela qu’ils ont entamé les procédures de voyage de leurs propres moyens, explique Aboubacar Soumah.

En plus de ces trois accrédités par la CSI, deux autres responsables de l’USTG ont été accrédités à travers l’UNI une organisation internationale du travail, il s’agit du deuxième secrétaire général de l’USTG Abdoulaye Barry et Fatoumata Wan, membre.

Ainsi, « l’USTG a été représentée par 5 membre à la 108 conférence internationale du travail» précise Soumah.

À travers sa main, Soumah présente son badge, « ce qui montre qu’on a bel et bien participé. Lorsqu’on raconte qu’on n’a pas pris part aux commissions, alors, l’existence de ce badge prouve que ces allégations ne sont que mensongères» déclare Soumah.

Par ailleurs rappelle, l’USTG dont il est membre n’est pas affiliée à l’OUSA (organisation de l’unité syndicale africaine NDLR), elle est plutôt affiliée à la CISL(Centrale Internationale des Syndicats Libres). C’est la fusion des centrales syndicales qui donné naissance à la CSI qui est l’instrument principal du BIT (Bureau International du Travail) au sein de laquelle sont affiliée toutes les autres centrales syndicales au monde.

«Lorsque nous écoutons des déclarations qui disent que l’autre branche de l’USTG a été invité par l’IE ou la CSI, mais ce sont des faux propos qui son véritables» lâche le premier SG de l’USTG de SOW.

Selon lui, si l’USTG dirigée par Abdoulaye Camara a pu joindre Genève (capitale de la Suisse NDLR), c’est par l’intermédiaire de la CNTG la quelle elle est affiliée. «Donc c’est une  partie dissidente de l’USTG par ce qu’elle n’a pas reçu une invitation officielle de la CSI. Cela a été démontré dans la salle de réunion par la commission de la CSI qui a regroupé toutes les organisations syndicaleÇa été dit à Genève, que la seule organisation syndicale invitée en Guinée, c’est celle de l’USTG conduit par le SG Abdoulaye Sow.»

Selon Soumah, lors de la session, Dame Kadiatou Bah a pris la parole,devant toutes les organisations syndicales d’Afrique, pour poser la question à la CSI pourquoi l’autre partie a été invitée, et qu’eux, leur USTG qui a tenu son congrès à Mamou, malgré tous les documents qu’ils ont déposés, en bonne et du forme auprès de la CSI, ils n’ont pas été invité ?

La CSI leur a répondu, «Nous avons dit à votre secrétaire général Abdoulaye Camara, que le congrès que vous avez ténu à Mamou n’est pas légal» précise le sécrétaire général du SLECG.

Aboubacar Siddy Diallo pour guineemonde.com

Share.

Leave A Reply