Arrestation de Bella Bah du FNDC : l’avocat Me Salif Béavogui fustige le mode opératoire

0

Le président de l’organisation de la Jeunesse Citoyenne et membre du front national pour la défense de la constitution Bella Bah a été arrêté ce samedi 25 janvier par des hommes en cagoule.

Joint ce soir par un reporter de guineemonde,  l’avocat Me Salif Béavogui, a confirmé cette arrestation qu’il qualifie de “kidnapping” par des personnes Cagouléés. Il ajoute que son client serait d’ailleurs détenu à la Direction Nationale de la Police Judiciaire, (DPJ).
«J’ai été informé de “l’enlèvement” de monsieur Bella Bah. Aux dernières nouvelles, il serait détenu à la DPJ (direction de la police judiciaire» affirme Me Béavogui Salif.

Cependant, il ignore les “motifs” de son arrestation. Mais toujours est il que, “ l’inquiétude commence à être grandissante ” ajoute-t-il.

Car, depuis quelques mois, le mode opératoire d’arrestation contrarie totalement le code de procédure pénal. “C’est un mode opératoire qui n’obéit pas du tout aux dispositions de nos lois.” dénonce Me Béavogui.

Aujourd’hui vous pouvez sortir de chez vous sans avoir la chance d’y retourner. “ Vous sortez dans la rue, ce sont des personnes en civile déguisées qui, aussitôt, viennent sur vous, et vous menottent et on vous embarque. Et puis, ils sortent des armes pour empêcher toute personne d’intervenir. On vous conduit dans un lieu secret et en suite à la DPJ pour des enquêtes. La loi n’a pas prévu ça. ” Rappelle ce membre du collectif des avocats du FNDC.

La procédure légale voudrait que l’on envoie une convocation à la personne concernée. Celle-ci doit ainsi répondre de façon civilisée. Et en suite, s’elle va être transférée, c’est au procureur de s’occuper du dossier.

L’avocat regrette aujourd’hui la manière dont les arrestations s’opèrent à Conakry. Il cite plusieurs cas dont celui de M. Taylor, un autre jeune qui a été récemment arrêté alors qu’il faisait ses courses familiales dans son quartier. «Il a fait dix jours en prison avant d’être libéré.»

Le dernier en date est celui des enseignants syndicalistes. Portos Diallo et Amara Mansa Doumbouya ont été arrêtés dans les mêmes circonstances. Mais au TPI de Mafanco, ils ont été purement et simplement relaxés pour délit non constitué.

Ceci dit, “ toutes ces arrestations qui se font comme ça c’est nul et nul effet. Et tout ce qui en résulte est de nul effet. Aucun juge ne peut entrer en condamnation” prévient Maitre Salif Béavogui.

Avec cette nouvelle arrestation, c’est une bataille judiciaire qui attend le collectif des avocats du front national pour la défense de la constitution.

Siddy Koundara Diallo pour guineemonde.com

Share.

Leave A Reply