Boubacar Siddighy, de l’UMP : « Ce que je voudrais dire au peuple, c’est de s’affranchir des vieux démons politiques »

0

Ces derniers mois, les débats en Guinée sont dominés par le projet de nouvelle constitution, les élections législatives et l’installation des chefs des quartiers issus des élections communales de février 2018. Pour en parler sur ces sujets qui font la Une de l’actualité, la Rédaction de Guineemonde.com a rencontré le président de L’UMP Guinée, (L’Union pour le Mouvement Populaire en Guinée ndrl), Boubacar Siddighy Diallo. Avec lui, nous avons recueilli son avis sur cette actualité du pays.
Guineemonde.com: Le jeudi 24 decembre 2019, le président Alpha Condé, comme toute attente, a présenté au peuple le projet de nouvelle constitution. Comment avez vous accueilli cette nouvelle ?
Boubacar Siddighy Diallo : On nous a présenté un projet de nouvelle constitution. Le président a déclaré qu’il a eu les avis favorables de l’Assemblée Nationale dont l’opposition a ses représentants et de la Cour Constitutionnelle. Maintenant nous devons chercher à examiner comment en est-on arrivé là. Nous allons voir le contenu par ce que le président a dit que l’Assemblée nationale et la Cour Constitutionnel ont dont donné avis favorable pour son élaboration et adoption.
On veut voir les documents sur la base desquels les avis ont été rendus favorables pour savoir si on peut les attaquer ou pas.
Désormais la nouvelle constitution n’est plus une éventualité, vous au niveau du Cercle des Acteurs pour la République (CAR), qu’elle analyse faites-vous de ce projet de nouvelle constitution ?
Le président a donné un document qu’il a largement partagé dans lequel il a eu la bénédiction de l’Assemblée dont il y’a les députés de l’opposition et ceux de la mouvance, si tous ceux-ci ont donné avis favorables, nous aussi c’est de lire et de voir s’il est aussi pertinent à poser cet acte de changement. Vous ne pouvez comprendre la faiblesse d’une chose que lorsque vous l’avez bien comprise.
Moi je demande à tous les Guinéens de se saisir du contenu de ce document pour pouvoir faire une étude comparative pour voir ce qui existe et ce qu’ils ont présenté. Et voir si leurs arguments tiennent sur ce qu’ils ont présenté ou c’est une volonté de maintenir seulement un homme.
Alpha Condé a dit qu’on ne doit pas tout faire pour satisfaire les besoins d’un homme.
Étant opposé au troisième mandat ou changement de la constitution, est ce qu’en acceptant de lire ce projet ne voudrait pas dire que vous le légaliser et légitimer, alors que beaucoup d’observateurs dénoncent la procédure de son élaboration ?
Je suis juriste consultant, alors je dis que pour combattre cet instrument qu’on veut nous imposer, il faut le lire et voir ses faiblesses. S’il se trouve qu’il est pertinent, pourquoi le rejeter ? On peut instruire au président de procéder à une modification.

M. Le président de l’UMP, est ce qu’en analysant toute cette histoire de nouvelle constitution vous ne vous reprocherez pas d’avoir été de ceux qui ont légitimé tout ça en ayant participé aux consultations nationales, notamment sur la nouvelle constitution ?
Non, pas du tout. Le président Alpha Condé a dit qu’il a saisi la Cour Constitutionnelle et l’Assemblée nationale qui ont donné leurs avis, tout ça c’est un acte d’État. Donc, ce sont deux institutions qui ont légitimé ce projet. Alors que les consultations ne sont pas un acte d’État. Et pour changer une constitution c’est des actes d’État qu’il faut poser.
Vous avez tout de même pris part à ces consultations.
On a été par ce qu’on avait des messages qui nous tenaient à cœur qu’on voulait porter à la connaissance du premier ministre, et c’est ce qu’on a fait, ça n’a rien à voir avec la nouvelle constitution.
Aujourd’hui la Guinée est prise par deux partis politiques, le RPG arc-en-ciel et l’UFDG. Par ce qu’ils ont la majorité à l’Assemblée, ils font tout leur fantasme et leur désir en votant des lois qui leurs sont favorables.
Depuis la présentation de ce projet de nouvelle constitution, le FNDC s’est retrouvé à son siège. Il a été décidé de ne plus reconnaître les institutions de la République parce que le président a fait du parjure. Il appelle le peuple à la résistance, conformément à (art 21), qu’en pensez vous ?
C’est une grosse erreur de la part du FNDC. Le parjure est une infraction prévue dans la constitution. Mais pour en subir les condamnations, il faudrait y avoir été régulièrement cité à comparaître devant une juridiction qui vous a déclaré avoir fait le parjure. Si un juge ne vous a pas condamné pour un fait c’est que vous n’êtes pas coupables. Ils doivent le comprendre sinon ils tombent dans une grosse erreur. C’est pourquoi je dis que le FNDC est une belle âme mais qui sous les coups des démons politiques. Et ceux-ci vont mettre ce combat noble à une dimension ou des combines politiques.
Les législatives se pointent à l’horizon, comptez-vous y participer malgré toutes les irrégularités signalées au niveau du fichier électoral?
L’UMP Guinée compte participer à ces élections mais cela doit émaner de la décision de l’Assemblée générale du parti. Ce n’est pas une décision que le président que je suis dois prendre seul. Mais il faut dire qu’on ne peut pas imputer toutes ces irrégularités au président de la République contrairement à ce que d’autres faux politiciens sont en train de rependre. Si vous êtes un leader politique, vous êtes membres d’une institution, si celle-ci sort une loi ou un résultat, vous êtes aussi responsables.
Aujourd’hui CENI n’est pas le reflet du peuple de Guinée. Elle représente le RPG, l’UFR et l’UFDG. Tous ce que la CENI fait de bon ou de mauvais, il appartient à ces trois partis là d’en assumer.
La caution par candidature varie entre 50 et 200 millions sur la la liste uninominale et celle nationale, un montant jugé trop élevé par certains observateurs. Est-ce le cas chez vous à l’UMP?
Cette caution est le reflet d’un amateurisme viscéralement mercantile entre le pouvoir et ces vieux politiques. Parce que c’est eux qui ont participé à fixer ces cautions. La CENI n’a fait qu’appliquer la loi. Pourquoi ils font payer des cautions exhorbitants? Au faite, l’UFDG et le RPG sont convenus que tous les nouveaux et ou petits partis soient invalidés par des critères qui les empêcheraient d’égal dimension par rapport à ces deux leaders. Donc obliger tous les petits partis à soutraiter avec eux.
Dites nous, votre parti ira seul aux législatives ou vous allez partir en alliance ? Si oui, avec avec quelle formation comptez-vous signer cette alliance ?
Nous sommes sollicités par beaucoup de partis pour des alliances. Mais nous allons décider s’il faut aller en alliance avec un autre parti ou allez seul. Mais rassurez-vous que l’UMP est prêt à payer toutes ces cautions pour aller à ces législatives. S’il y’a des alliances à faire, nous irons sous la bannière de l’UMP Guinée sinon on ira pas.
Votre message à l’endroit du peuple de Guinée ?
Ce que je voudrais au peuple c’est de s’affranchir des vieux démons politiques. Et les jeunes leaders politiques doivent s’affranchir de se faire remorquer par ces vieux démons là. Nous devons tracer notre voie et assumer cela. Nous devons oser, ce n’est pas les moyens financiers qui font vivre un parti, c’est une idée. Gandhi, Martin lutter King et plusieurs autres grands leaders n’ont rien donné à quelqu’un mais ils étaient suivis et ont gagné le combat. C’est l’idée qui fait gagner un combat pas la masse. Donc les masses doivent suivre les idées.

Interview réalisée par Siddy Koundara Diallo pour guineemonde.com

Share.

Leave A Reply