Enseignement professionnel: pourquoi les boursiers guinéens au Maroc refusent de revenir ?

0

Des boursiers guinéens au Maroc ont traversé la méditerranée alors qu’ils se sont engagés de revenir au pays après leur formation, a révélé hier, le ministre de l’enseignement technique et la formation, Lansana Komara.

Pourtant, des étudiants dans les écoles professionnelles interrogés ce mardi , affirment que leurs amis ont pris la meilleure décision car, il n’y a pas de politique d’employabilité en Guinée.

Le gouvernement doit se pencher sur l’insertion socioprofessionnelle de ces boursiers dès leur retour. « Si le gouvernement a une politique de création de l’emploi jeune, les jeunes qui vont à l’extérieur apprendre que ce soit professionnel ou universitaire, sûrement ils vont revenir pour servir leur nation. Mais s’il trouve que dans certaines conditions, ces jeunes une fois au pays natal n’arrivent pas à trouver de l’emploi, il ne serait pas facile pour eux de venir rester et errer dans la nature. Ils ont l’espoir d’aller à l’occident pour trouver de job », déclare, le président des étudiants de l’Ecole Nationale de Secrétariat, d’Administration et de Commerce (ENSAC), Abdoul Karim Soumah, 2ème année administration générale.

Pour Mory Ciré Soumah, ses camarades qui ont traversé la méditerranée n’ont pas forcément tore, par ce que les autorités guinéennes n’ont pas une politique d’accompagnement de ceux qui sortent de ces écoles. « Les étudiants qui font leurs études dans les autres pays, après leur retour au bercail sont confrontés à plusieurs difficultés pour trouver un emploi. Donc, si la vie est moins chère là-bas, il faut rester. Tout de même, je les encourage », a t-il ajouté.

En revanche, d’autres pensent que ces étudiants ont mal fait car, l’attitude de ces boursiers peut réduire la chance de ceux qui sont encore sur les bancs. « Si ces étudiants-là revenaient, d’autres auront la chance d’aller. Mais s’ils refusent de rentrer, ceux qui seront prochainement vont emboîter leur pas », s’est inquiétée Mamy Diakité, 2ème année comptabilité.

À noter que le ministre a quand même dit que ceux qui sont revenus après la formation, le premier groupe a été engagé dans la fonction publique et le deuxième est en cours de finition.

Siddy Koundara Diallo pour guineemonde.com

Share.

Leave A Reply