Enseignement technique : plusieurs boursiers guinéens au Maroc ont traversé la Méditerranée

0

Environ 16 jeunes boursiers guinéens au Maroc ont traversé traversé la méditerranée après leur formation. C’est le ministre de l’enseignement technique, de la formation professionnelle qui a fait cette révélation au cours de sa communication lors de son passage au compte de la communication du gouvernement.

le ministre Lansana Komara a déclaré ce lundi, que plusieurs jeunes qui ont été envoyés en formation au Maroc ont profité pour aller en Europe.

« Il y a un peu plus de 3 ans, vous savez son excellence le président de la République avec le ministre d’avant a octroyé des bourses à des jeunes pour aller au Maroc financer par la BIRD. Soixante dix jeunes ont bénéficié de ces bourses, ils sont partis au Maroc pour étudier.
Mais avant de partir, ils ont signé un engagement de venir servir des écoles des arts de métier. Ils ont tous signé. Ils sont partis et il n’y a que 60 qui sont revenus, les autres ont pris la tangente et ont traversé la méditerranée. Ce qui n’est pas une bonne chose» a t-il révélé.

Le ministre a rassuré que les 56 jeunes qui sont revenus au pays ont été engagés à la fonction publique.

En plus, un autre groupe de 90 jeunes ont bénéficié les mêmes bourses, mais il n’y a que 84 qui ont accepté de revenir au pays. « Les autres aussi, ont essayé de traverser la méditerrané, ce qui est à condamner » a déclaré le ministre.

Parmi les 84, il leur a été demandé de se présenter avec ses dossiers pour être engagés dans la fonction publique,  77 ont été enregistrés. «Ceux-ci leurs dossiers ont été transmis à la fonction publique et aujourd’hui, ce ministère a traité les dossiers, les lettres de confirmation budgétaire est déjà au ministère des finances et on attend le retour du ministre pour leur engagement par ce que, on ne peut pas engager quelqu’un dans la fonction publique si on n’est pas sûr qu’il sera payé

À en croire le ministre, tous ces jeunes qui sont revenus, sont dans les écoles de formation, et entrain d’enseigner en attendant que les ERAM finissent.  « Nous allons libérer les quatre ERAM à la fin de l’année, c’est-à-dire vers septembre octobre. En principe, les cours doivent commencer dans ces écoles, pour lesquelles ils étaient partis suivre des formations, au Maroc avec financement du budget national.» A annoncé M. Lansana Komara.

Siddy Koundara Diallo pour guineemonde.com

Share.

Leave A Reply