Guinée: un activiste invite les jeunes à la mobilisation pour une rupture avec le système de Conté à Condé

0

Dans un discours fait ce lundi 3 février 2020 au quartier Sangoyah, le coordinateur du mouvement “ Activiste pour une Guinée Nouvelle” lance un appel à la jeunesse guinéenne.

Amara Keita premier responsable de ce mouvement estime que les jeunes guinéens doivent faire une lutte commune pour changer  le système qui dirige la Guinée de 1984 à nos jours.

Ci-dessous, nous vous proposons l’intégralité de son discours

Bonne lecture

Mesdames et messieurs.
Peuple de guinée.
Merci un fois encore.
Aujourd’hui j’ai message, qui s’adresse particulièrement à la jeunesse guinéenne!
On ne peut pas se le cacher actuellement, la guinée va mal, voire très mal. C’est une étape importante que nous allons franchir cette année 2020, mais lorsque nous ouvrirons nos yeux, nous pouvons retrouver de l’espérance. Nous devons être conscients de la gravité de ce qui se passe actuellement ; et si nous ne prenons pas nos responsabilités, personne ne le fera à notre place. Une chose est sûre, nous n’avons pas encore perdue notre unité malgré des tentatives d’ethnicisassions et d’ethno-stratégie.
La Guinée d’aujourd’hui, est sortie du chemin de progrès. Nos politiciens ne peuvent pas se concentrer sur les vrais problèmes de la Guinée, car ils sont trop préoccupés à se faire élire, que de débattre les vrais problèmes de la nation. Ils sont tous atteint du syndrome d’Hubris, la maladie du pouvoir. Jusqu’à présent, nous n’avons pas encore réussit à résoudre le chômage de masse, le problème d’électricité, d’éducation, de santé, et bref, il n’y a aucun secteur où la Guinée est hyper excellente dedans. Et ce, malgré l’espoir suscité de ce troisième régime à la tête du pays.
Nos élites actuelles sont entrain de semer de la discorde et entretenir le chaos, tout en utilisant l’argent du peuple, pour acheter la conscience de ceux, moralement influençable. La réalité est qu’on ne doit pas rester enfoncé dans le sommeil jusqu’au jour où le ciel nous tombera dessus. C’est pourquoi, il est impératif et catégorique pour nous aujourd’hui, de changer de paradigme par rapport aux modes de sélection de nos dirigeants en rupture avec leur peuple.
Leurs armes c’est quoi, c’est l’ethnicisassions, porter des connotations politique à tout. Ils ont toujours inculqué dans la tête de la population guinéenne ; qu’un Malinké est tel par rapport à un Peulh ; un Soussou est tel par rapport à un tel et ainsi de suite…. Nous devons à partir de là, comprendre, cesser de croire à cette désinformation, susceptible de nous mener à la catastrophe. Plutôt, nous devons apprendre à faire la différence entre une Ethnie et une personne.
Nous devons cesser de croire à nos élites actuelles, car ils ne sont plus en phase avec des nouvelles exigences de notre ère ; et ça c’est un fait. Et rien ne prouve que ceux qui viendront après seront les meilleurs. Parce qu’il n’y a pas un combat de fond au sein même de leur parti respectif, pour mener à bien ce pays au sommet.
Que de la politique, rien que de la politique. Ils n’assurent rien d’autres que le confort intellectuel de la vie politique ; la morale politique les a totalement fuis. Sauf des mensonges, et après ils nous brandissent de fausses performances économiques, faisant croire que le pays bouge ; alors que c’est faux. Ne croyez jamais à ces mensonges médiatiques !
Ils nous parlent de croissance à deux (2) chiffres, cinq chiffres (5) chiffres à dix (10) chiffres ; du n’importe quoi. Des docteurs qui n’ont toujours pas un plan cohérent de développement économique et d’indépendance, au lieu d’être un réservoir de consommation pour l’occident.

Cela dit, que : « Le langage politique est conçu pour que les mensonges paraissent vrais, que les meurtres soient respectables, et de donner à du vent, l’apparence de la solidité » George Orwell
Ils autorisent tout et n’importe quoi. Aucune conscience, aucun honneur, aucun sens d’éthique ! Ils agissent comme si c’est eux qui ont inventé ce pays-là. On se doit de demander, pourquoi à chaque fois, nous luttons avant, pendant et après les élections ?
La jeunesse guinéenne est la plus grande victime de ses gouvernants, parce que c’est elle, le présent et le futur. C’est pourquoi je suis d’avis avec ceux qui pensent, qu’ : au lieu de continuer à faire la politique de ces vieux, pourquoi ne pas faire la politique de nous les jeunes ?
Qui se demande un seul instant, du sort qui sera réservé encore pour les jeunes, une fois une nouvelle tête à la primature, après tout ce combat citoyen du FNDC, mené par les jeunes conscients de ce pays. Je ne suis pas en train de dire qu’il faille s’entre partager de la Guinée en gâteau, mais, je le dis parce que c’est un fait.
Nous les jeunes, nous devons être conscient que les problèmes de ce pays ne peuvent plus être résolu avec les mêmes personnes et les mêmes idées. Quelqu’un qui ne tire pas les leçons du passé, est condamné à reprendre les mêmes bêtises.
La jeunesse guinéenne doit passer à l’action, parce qu’ : être instruit des moyens qui assurent la victoire n’est pas encore la remporter. Nous devons persévérer tant que nous ne serions pas parvenus à destination. Cela dit, que nous devons décider de sortir de ce piège dans lequel ils ont coincé ce pays.
Il nous faut une nouvelle ère politique dans laquelle, l’intégrité serait primordiale. C’est pourquoi, nous devons accorder de la confiance à un candidat Jeune. Un Jeune qui a pour repère, nos brillants esprits intègres (Tels que : Ahmed Sékou, Nelson Mandela, Thomas, etc.) en lieu et place des soi-disant intellectuels étouffés, qui pensent inspirer la confiance du peuple à travers la démagogie et la corruption. Mobilisons-nous pour quelqu’un de bon sens, dans lequel une grande majorité de guinéens se reconnait !
Une des remarques sarcastiques c’est quoi ? C’est leur gros mensonge consistant à nous faire croire, qu’il faut avoir un grand diplôme afin de diriger un pays ou assumer des postes de responsabilité ; d’où les jeunes ne sont pas assez mâtures pour y faire face à cela. Ce qui est une confusion totale en soit, entre l’étude et l’intelligence.
La réalité est que, ce n’est pas parce que vous avez fait les meilleures études que vous êtes seul apte à prendre des décisions qui s’imposent ou moins le plus intelligent.
L’étude, c’est être capable de répéter ce que disent les professeurs, et ce qui n’a rien à voir avec l’intelligence. Au contraire, l’intelligence, est la faculté capable de trouver des solutions efficaces aux problèmes (tout comme ce que nous vivons présentement en Guinée) : la santé n’est pas assurée, l’électricité, l’éducation, la justice, donc bref, quel intelligent pour sortir ce pays de tout ça. L’intelligence ne se mesure pas au nombre de diplôme, mais à votre capacité de réfléchir, de comprendre, de raisonner et d’agir. Le diplôme n’est qu’une décoration.

Sauf, qu’« il est très difficile d’expliquer à quelqu’un qui a une idée étroites, qu’être éduqué ne signifie pas seulement savoir lire et écrire, mais qu’un illettré peut être un électeur bien éduqué que quelqu’un qui possède des diplôme ». Mandela
Et la plupart de ses prétendus grands diplômés ; sont des gens qui ont acheté leurs diplômes et passent leur temps à acheter des titres à l’échelle internationale, pensant que le peuple ne le sait pas ; c’est du n’importe quoi. Et imaginez !
Malgré leurs diplômes et expériences, ils ne peuvent pas satisfaire nos revendications légitimes ;
Malgré leurs diplômes et expériences, ils ne respectent ce peuple ;
Malgré leurs diplômes et expériences, ils ne peuvent pas être véridique et transparent envers le peuple ;
Malgré leurs diplômes et expériences, ils n’ont pas l’art d’écouter le peuple ;
Malgré leurs diplômes et expériences, ils ne savent pas au moins, que le bipartisme est une nécessité. Par conséquent on aura au moins le choix parmi les pires, de choisir le moindre mal.
La constitution du 23 décembre 1990 avait fixé l’âge maximum à soixante-dix (70) ans pour se porter candidat à l’élection présidentielle en guinée. Et cette disposition avait été supprimée pour permettre aux vieux de se représenter en 2010. Ça aussi, c’est un fait.
Comment croire à une telle personne ?
Comment croire quand ils disent que la Jeunesse est leur priorité ?
Comment les croire quand ils nous tuent pour un pouvoir éphémère sans justice ?
Comment les croire quand ils s’entrent insulte à l’échelle internationale, et veulent être des références pour les jeunes ?
Comment les croire quand dans les faits, chaque parti à sa communauté endoctrinée ?
Comment croire à quelqu’un qui ne croit pas en nous ?
Alors, Quand ils pensent qu’on n’est pas mature, leur agissement reflète-t-il d’un mature ? Il est important de noter, que : l’âge ne fait pas la maturité, et l’âge ne fait n’ont plus la gloire.
Des fonctionnaires à statut diplomatique, surpayés, inefficaces et incapables de réfléchir sans l’apport des experts occidentaux, qui se permettent de nous dire qu’ils sont plus aptes à diriger la guinée que les Jeunes.
En claire, on doit savoir que le vrai changement de la guinée, passera par le pouvoir d’un jeune :
C’est nous qui sommes le présent et le futur,
C’est nous la majorité de ce peuple,
C’est nous qui avons des ambitions pour un avenir radieux,
C’est nous qui pourrons pas accepter qu’un enfant comme Macron se fiche d’eux,
C’est nous qui pouvons lutter pour eux, les défendre, et bref, d’ailleurs personnes ne connait notre problème plus que nous-mêmes.

 

La jeunesse guinéenne doit arrêter de dénoncer. Parce qu’en fait, la victimisation ne résout à aucun problème. Il faut qu’on prenne notre responsabilité. Nous sommes une majorité absolue. Et c’est maintenant ou jamais.
Sinon, qu’est-ce qui est plus regrettable que se battre à enlever quelqu’un qu’on a nous-mêmes contribué à le mettre au pouvoir. Il est important de rappeler que toutes les crises graves que la guinée ait connues, ont pour origine l’accession ou le maintien d’un chef quelconque au pouvoir politique de ce pays. Imaginez les évènements de janvier et février 2007 ; les massacres du 28 septembre 2009 ; ainsi de suites……….
La jeunesse guinéenne doit savoir, que Le concept du bon moment n’existe pas. C’est pourquoi on doit profiter de l’instant présent. La liberté, ça ne se négocie pas ; ça s’impose. N’écoutez pas les détracteurs qui ont fait leur temps et veulent faire le temps leurs.
Quand je vois nos chefs pleurer en France, supplier la Russie, en Chine pour recevoir de l’aide, ça me fait mal. Et pourtant, Ahmed Sékou nous a toujours instruit : qu’ « Une aide qui ne te permettra pas à surpasser de l’aide, est à rejeter ».
Ils sont incapables de se réveiller pour savoir que personne ne nous aidera à notre place. Entre être humain, le sauveur n’existe pas, le peuple se sauve lui-même. Et ils ne peuvent jamais faire confiance en leur jeunesse.
La jeunesse doit utiliser sa colère en moyen d’action. Certains fanatiques ont l’impression que nous sommes dans un système irréparable, et que personnes n’est sensé sauver ce peuple. Mais non ! Je suis désolé. Nous devons stratégiquement lutter pour la jeunesse pour le bien-être du peuple. Nous avons le droit à l’autodétermination et nous n’attendrons personne pour l’obtenir.
Ce qui est sûr, Il y a des hommes au moins capables ici en guinée qui peuvent faire l’unanimité dans la gestion à la magistrature suprême de ce pays. Des hommes honnête et compatissant, ceux qui placent le dévouement au-dessus de l’ambition, et l’intégrité au-dessus de l’opportunisme. Prenez Karifa Gassama DIABY, Justin Morel Junior, Les Lamine GUIRASSY, François Lonsény FALL, et tant d’autres… Des gens qui peuvent apporter un plus, dans le monde immoral politique guinéen. Et une chose reste claire, si les hommes honnêtes, crédibles, intègres et moralement stables ne veulent pas lever le moindre doigt pour diriger le pays; imaginez qui va alors diriger ?
À partir de maintenant, je veux qu’on se batte pour un jeune ! Que nous croyons en nous ! Nous sommes une force inestimable quand on est unie et organisé.

Battons-nous que pour l’intérêt du peuple !
N’écoutons pas nos parents qui nous maintiennent en position ethnocentrique ! Eux ne le savent pas, mais nous, nous le savons.
Nous devons nous battre à leur faire comprendre de la situation qu’il nous faut.

On ne peut jamais bâtir notre avenir en fonction du regard ou de l’approbation de nos élites actuelles. Ils veulent que nous nous contentions de rester en bas alors que nous pouvons atteindre le sommet.
Ils veulent que nous nous contentions d’être celui que nous ne voulons pas ;
Ils veulent que nous les laissions le privilège de nous dire là où nous devons nous arrêter, la place que nous devons occuper, et ce que nous devons être. Ça ne marchera pas ! Nous sommes plus que ça et nous valons beaucoup plus que ça.
Le président Alpha condé a trahi le peuple, en acceptant de travailler avec les dinosaures économiques des régimes passés. C’est pourquoi il n’est pas étonnant de voir, que pendant nous luttons pour sortir ce pays de l’ornière, ces mêmes personnes nous font enfoncer davantage dans le trou. Mais s’Ils croient se jouer du peuple, en réalité, ils se débattent comme des prisonniers futurs.
L’espoir est encore permis parce que nous sommes en train de fonder une révolution, qui ne va plus permettre à un clan de se servir de ce pays pour toujours.
Je me souviens le 30 juin 2013 En Égypte, 14 millions de manifestants étaient sortis pour se faire entendre, en demandant au président Morsi de démissionner. L’armée égyptienne par Abdel Fattah Al-Sissi, a lancé un ultimatum de 48h au président Morsi de prendre les mesures nécessaires au rétablissement de la stabilité en Égypte. Les 48h étant écoulées, l’armée a pris position dans la rue le 03 juillet 2013, et a remplacé le président Morsi par le président de la haute cour constitutionnelle, et de nouvelles élections sont annoncées.
Le conseil de ça c’est quoi, c’est que nous avons une armée responsable, capable de venir au côté du peuple. Et nous le savons bien, que lorsqu’une armée responsable décide de basculer au côté du peuple, la dictature tombe.
J’en suis convaincu d’une chose, que notre envie d’évoluer, d’avancer, de faire de la guinée un pays de référence, fera en sorte que nous luttons contre tout système, susceptible de bloquer ce pays. Il n’existe aucun système immuable au monde, soit, une politique extérieure vous botte les fesses ou vous vous faites bouffer par votre propre politique.
La jeunesse guinéenne doit se réveiller.
Nous devons regarder ensemble la vérité en face de nous ;
Débattre les vraies questions de la nation ;
Dire où nous voulons aller, dans quelle direction, par quel chemin. Et le temps est venu pour définir tout cela.
Parce que si nous ne le faisons pas actuellement, les conséquences s’imposeront sur plusieurs générations ; déjà nous nous sommes victime. Nous devons nous battre pour que le mal s’arrête à nous.

 

Ce changement du système passera par nous, par nos manières d’analyse, de comportement et d’action. Nos parents ont été bernés par ces factions politiques, encore faudra-t-il se le permettre ? Je dirai non et non ! Ne croyez jamais à ce qu’ils vous disent ! « Un seul mensonge, suffit pour remettre en cause toutes les vérités »
Si nous voulons avancer et faire réussir notre pays, il nous faut agir. La solution, elle est en nous. Elle ne dépend jamais des discours politique.
Avec une détermination réelle et ferme, il nous faut persévérer pour ce pays ;
Persévérer pour nos emplois ;
Notre bien-être ;
Nos enfants ;
Nos mères.
Et pour la classe moyenne.
Ici en guinée, on aide les vieux à accéder au pouvoir ; tandis que chez les autres, ce sont les vieux qui aident les jeunes à accéder au pouvoir. On ne pourra inverser cette tendance que par une révolution démocratique profonde, par notre unité, notre courage et de notre volonté commune.
Je veux que la guinée redresse la tête sur l’échelle internationale. Tout faire, pour restaurer l’image de notre pays. Mais je compte sur vous les jeunes, de persévérer avec moi, de persévérer avec moi tant que nous ne serions pas parvenu à destination. Secouez-vous, bougez-vous ! Il n’y a pas de fatalité aujourd’hui qu’un jeune n’est pas où travailler.
Notre pays se redressera, par sa jeunesse, et par n’importe quel moyen. Leur doute sur nous, est un tort. Il s’agit plus de nous faire des promesses, on nous en a fait trop.
Ils sont incapables de nous transmettre, nos cultures, nos valeurs, afin de nous permettre de construire librement notre avenir ;
L’enjeu pour moi aujourd’hui, est de rassembler la jeunesse guinéenne. Parce que j’en suis convaincu que c’est par là, l’avenir de la Guinée sortira. Et cette révolution démocratique, doit être l’expression de tous les jeunes guinéens.
Merci à ceux qui croient au progrès de ce pays ! C’est ça notre vocation.
Vive la jeunesse guinéenne !

Guineemonde.com

Share.

Leave A Reply