Le ministre Boubacar Barry est clair: Pas de SIVITA à Entag

0

Le directeur de SVITA Balla Moussa Keita a tenue une conférence de presse la semaine dernière pour dénoncer le refus du ministre de l’industrie et des PME d’autoriser l’installation de son entreprise de contrôle technique des véhicules dans l’enceinte de l’ancienne entreprise national du tabac et allumette (ENTAG), dans la commune de Matoto.

La réponse du berger à la bergère ne s’est pas fait attendre. Ce lundi, le ministre communément appelé BIG UP a réuni la presse à son tour pour donner d’amples explication concernant ce sujet.

«SIVITA avait sollicité l’obtention d’un domaine pour la mise en place de son centre de contrôle et de visite technique. Une identification avait été faite sur le site d’ENTAG pour voir dans quelle mesure il faudrait pour implanter cette unité de contrôle. Nous avons à ce titre signé un protocole d’entente avec SIVITA. Nous nous sommes entendus sur un certain nombre d’éléments à mettre en place pour que nous puissions prendre la décision définitive d’implanter ou pas cette unité à ce niveau. La société Sivita était assujettie à la présentation d’un dossier technique relatif à son implantation au niveau d’ENTAG.

Malheureusement, au lieu de recevoir un dossier technique, j’ai reçu juste un plan de masse qui m’indiquait un certain nombre de bâtiments dessinés, des unités de contrôle automobile avec des espaces destinés à des activités commerciales. J’ai interpellé SIVITA en disant non, l’activité technique n’a rien n’à voir avec l’activité commerciale, que s’il y a une activité commerciale adossée à l’activité technique, il n’y aurait pas d’activité à ce niveau. Nous l’avons demandé de fournir un document technique relatif à son projet. Au terme du délai imparti, ce dossier n’a pas été fourni.

Ce qui, de fait, annulait le protocole qu’on avait. Maintenant, quand j’entends dire que le ministre de l’Industrie bloque son projet, je ne vois pas en quoi je peux bloquer son projet… Personne ne l’empêche d’investir là où il veut. J’ai simplement argumenté en disant que l’Etat est en train d’aménager 150 hectares au niveau du site industriel de Kouria pour la vente de véhicules … J’ai dit à SIVITA, il serait plus opportun pour vous, d’aller dans cette zone où il y aura le parc automobile pour que vous puissiez faire votre contrôle », a largement expliqué le ministre.

Poursuivant, le ministre a marqué son territoire (l’industrie et les PME) en s’exprimant en ces termes:

«ETAG est une unité industrielle qui est revenue dans le portefeuille de l’Etat. La privatisation ou la session de ses équipements, obéit à un certain nombre de procédures et de dispositions réglementaires».

Boubacar Barry a néanmoins laissé entendre qu’une entreprise de contrôle automobile est une nécessité en Guinée. En bon ministre donc, il souhaite aider à l’installation de la SIVITA, mais pas dans l’enceinte de l’ENTAG.

 

Share.

Leave A Reply