Opinion: Les larmes du peuple

0

Le peuple, les hommes, les femmes, les jeunes… Tous, se dupent, ignorent la vraie question, Le vrai problème… Tous, s’emballent dans la merde de la politique, Qui fait de nous: Des victimes, Des divisés, Des ethnos, Par la complicité de nos dirigeants apatrides. Le peuple, les hommes sans défense, les femmes discriminées, les jeunes abandonnés et sans emploi qui sont toujours et seront toujours victimes, s’ils changent pas de lunette pour voir les vrais problèmes de sa société contemporaine . Depuis toujours, le peuple se bat pour son droit, mais la minorité d’individus qui le confisque ce droit à la vie, à la liberté d’expression, aux soins médicaux, à l’emploi…. Par contre, eux les politiques, réagissent, manifestent lorsqu’il s’agit de processus électoral, de référendum, de législatives,… Ils incitent le peuple à les aider d’atteindre leur fin. Ces apatrides, jamais, ne clament lorsqu’un seul individu est victime d’injustice, d’oppression …. Mais le peuple, lui, sombre dans l’abîme, croyant que ce sont ces pseudos patriotes qui sont son salvateur.

Résultat ! le peuple s’accuse, se victimise, se divise et s’attaque mutuellement. C’est ce qui fait gagner le terrain à ces misanthropes . Mais aujourd’hui, le peuple doit clamer pour les vrais problèmes, Les problèmes d’injustice, d’inégalité sociale, de l’insécurité, de d’employabilité, du genre, de l’éducation et de l’amélioration des conditions de vie…. Le peuple veut tant aujourd’hui, mais il manque de tout ! Pour le développement, le peuple aspire à beaucoup de choses comme :

-la transparence, l’éthique en politique c’est la transparence politique.

– la lutte contre la corruption, la corruption ne peut être acceptée par aucun être de valeur et de conscience, la corruption on lutte contre.

– la compétence de nos dirigeants, il faut ceux qui nous dirigent soient intègres et responsables devant le peuple. Ainsi nous disait Martin Luther King : « Nous avons besoin de leaders qui ne sont pas amoureux de l’argent, mais de la justice. Qui ne sont pas amoureux de la publicité mais de l’humanité » Les politiques trompent le peuple et cachent la vraie face du débat, on nous parle de l’ethnocentrisme, de la mésentente, des conflits et autres, sans pourtant aborder les vrais problèmes, du respect strict des institutions, de leur engagement, de leur devoir …

Ils transgressent sans vergogne les principes que j’appelle inaliénables de la démocratie. L’Etat de droit, que devons-nous si les droits de chacun n’est pas respecté ? Qu’allons-nous faire si chacun se rend justice ? Qu’allons-nous dire si l’anarchie prend place dans tout le pays? A mon sens, l’Etat de droit exige que les libertés de toutes et tous soit respectées. -La citoyenneté égalitaire, chaque citoyen est égal à l’autre, chacun dans ce sens doit avoir les mêmes traitements et considérations, ce qui d’ailleurs évitera les troubles sociaux et chacun se sentira bien chez lui.

-Le suffrage universel, c’est vrai que le peuple a l’obligation de participer aux échéances électorales de son pays, mais il ne doit pas avoir de tripatouillage électoral après, donc une confiance et crédibilité vis-à-vis des institutions électorales qui doivent être confiantes et responsables devant le peuple. -Le mandat spécifique pour un président, cela est crucial vu l’intention ou les rumeurs qui courent dans beaucoup de pays par rapport aux président qui veulent s’octroyer ou briguer de nouveaux mandats, donc ce que j’apostrophe est le respect strict de la Constitution et ces inéligibilités afin de promouvoir l’alternance positive.
La séparation des pouvoirs, je crois que Jean Jacques Rousseau a été très clair quand il dit : « Pour ne pas qu’on abuse du pouvoir, il faudrait par la disposition des choses le pouvoir arrête le pouvoir ». Je rends hommage à ce grand homme, car sans séparation des pouvoirs, on parlera sans doute d’abus, d’ailleurs je dirai moi, d’injustice, d’inégalité sociale, de corruption, d’ailleurs du retard dans le développement. Le pouvoir doit être partagé et déconcentré pour qu’il y ait l’harmonie dans l’exercice. Mais hélas… ! Mais aujourd’hui, ma conclusion à tout ceci est que, la démocratie dont on parle, c’est-à-dire le gouvernement du peuple, par le peuple et le peuple est une utopie aujourd’hui, en ce sens que le peuple est à la recherche perpétuelle de son droit qu’il n’obtient jamais, pourtant en apparence, mais il renferme en elle un vice fondamental dans sa gestion crasseuse de nos dirigeants, car ils ne respectent jamais le droit du peuple et ils s’en tapent de l’éducation des jeunes, qui devrait être leur tâche fondamentale. Mais hélas, nos oncles ne disent rien à la primature, tout ce qui les concerne, c’est de se parer de beaux vêtements et de belles voitures,
Ceux qui sont censés nous sauver sont là en train de: préparer de nouvelles investitures, s’octroyer de belles maisons, sucer nos biens communs au détriment de la population, envoyer leurs enfants étudier dans des plus grandes universités du monde…. Quelle tristesse! C’est pourquoi nous manquons d’infrastructures, Et nous souffrons de toutes ces pourritures politiques Vu cette démagogie, vu ce manque d’amour pour sa patrie, mon cœur souffre. Cela bassine mon cœur d’amertume, quand je ne vois aucun soutien à nos grands-mères et nos grands-pères, ils n’ont pas le sommeil dans leurs chaumières sans peinture. Pendant que les jeunes se nourrissent de nourriture tristement pauvre au sens propre du terme, ils mangent des frites bien protégées.
La seule solution, c’est que le peuple qui a tant souffert qui doit se réveiller de son profond pour changer sa situation car, comme l’a dit Thomas Sankara : « L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Cet esclave répondra seul de son malheur s’il se fait des illusions sur la condescendance suspecte d’un maître qui prétend l’affranchir. Seule la lutte libère. »

Bangaly Mara

Share.

Leave A Reply