Report des élections: voici ce que le FNDC doit faire pour vaincre Alpha Condé (Opinion)

0

Report des élections législatives et référendaire du 01 Mars par le président Alpha condé n’est pas anodin, il ne l’a pas fait par simple plaisir, ou par respect à l’égard du peuple de Guinée, mais il l’a fait pour un certains nombres de raisons qui sont entre autres :

D’abord, c’est parce qu’il a vu et compris que la détermination des institutions internationales en se retirant du processus électoral, notamment l’OIF en premier lieu, évoquant des raisons de son retrait comme, la présence de plus de 2 millions d’électeurs fictifs donc douteux, qui peut être source d’invalidation et de crédibilité de l’élection.

Donc le retrait de ce partenaire stratégique, et clé du processus électoral guinéen depuis le début, et dès à la fin et l’entame même du vote en est une première raison de ce report.

Car pour rappel, l’OIF dit même qu’elle se retire et maintenant et après, donc de façon définitive du processus électoral guinéen.

Ensuite, l’autre raison est son refus catégorique de recevoir ses amis et collègues de la CEDEAO qui étaient préparés pour venir lui dire, d’arrêter le processus électoral en cours, et de privilégier le dialogue avec les opposants afin qu’il y ait une élection inclusive et paisible, donc un post-electoral tempéré et qui donnera à un lendemain, et pour la Guinée, mais aussi pour la sous-région qui est en proie à des violences internes liées à des crises terroristes.

Alors, ce refus opposé ou ce entêtement de sa part à obligé la CEDEAO et surtout son vieux ami Issoufou de prendre la mesure de rétorsion qu’est d’annuler et de rappeler la délégation de la mission d’observation de l’institution, donc de l’effet à la cause.

Aussi, raison de ce report, est que l’union africaine s’est aussitôt rangée derrière la décision de la CEDEAO, car la CEDEAO étant l’institution interlocutrice de l’union africaine en Afrique de l’ouest, elle a décidée à son tour d’annuler et de rappeler sa mission d’observation au jour des élections législatives et référendaire.

Alors, une raison de plus qui a poussé le président à reporter la date du scrutin, alors une mesure de plus sur le plan diplomatique exercé par les acteurs internationaux impliqués dans le processus électoral en Guinée.

L’autre raison que l’on peut évoquée ici6, est que le peuple de Guinée qu’il soit dans le FNDC, composé des partis politiques, société, et donc à l’intérieur du FNDC ou hors du mouvement ont exercé la pression diplomatique pour faire reculé le président hier.

Donc le mérite revient à ce peuple qui est résolu à se débarrasser de toute forme de dictature à la tête du pays, donc son souhait et son aspiration de faire de l’alternance un élément inclusif de la démocratisation de la Guinée en sont aussi des éléments à prendre en compte dans ce recul léger comme le dit Alpha condé lui-même dans son allocution.

Une autre raison qu’il ne faut occulter est que, d’abord il n’y à eu que 16% des cartes d’électeurs distribuées sur l’ensemble du territoire national.

Alors, ce recul peut-être à la fois tactic, tactic parce que toutes les institutions sérieuses se sont retirées et ont réitérées leur départ définitif en Guinée et ont annoncées qu’elles ne certifieront pas les résultats qui sortiraient des urnes de quelques bureaux de vote qui seront installés dans les camps militaires, mais aussi dans deux régions acquises par le pouvoir, c’est-à-dire Siguiri, et Kankan.

Ce recul peut être considéré comme une manière d’obtenir un peu la confiance des partenaires techniques, alors leur faire ramené au cœur du processus électoral.

Ce recul peut être aussi considéré comme une peur de voir le pays sombré, car toutes les parties non participantes sont déterminés à en découdre donc empêcher la tenue d’une mascarade électorale.

Ce recul est donc l’accumulation de plusieurs éléments d’où diplomatiques, structurels, conjoncturels et coercitives exercé par le FNDC tant à l’interne, et aux appels aux amis de la Guinée, d’adopter une position tranchée et favorable au peuple de Guinée 🇬🇳, et donc la raison à eu raison sur l’émotion, et sur des intérêts égoïstes d’un clan qui a pris en otage le vieux octogénaire.

Alors, ce que je conseille aux opposés du référendum est de ne pas baisser les mains face à ce clan qui ne connaît rien d’autre que les rapports de force.

Alors il faut continuer la sensibilisation auprès de la population, et il faut continuer les pressions diplomatiques auprès des institutions accréditées en Guinée, et aussi ailleurs, jusqu’à l’abandon pur et simple du projet de nouvelle constitution, mais aussi de réussir à jeter ce fichier dans la poubelle et reprendre le recensement électoral de façon inclusive.

Vive la République de Guinée
Vive le respect de la constitution de Mai 2010
Vive le peuple souverain de Guinée
Vive le FNDC
Vive les amis de la Guinée
Vive les institutions sérieuses internationales
Vive la CEDEAO
Vive l’union africaine
Vive l’union européenne
Ensemble jusqu’au bout de la victoire du peuple de Guinée

La victoire appartient à ceux qui se battent pour le respect de l’application de la loi
Le salut ne viendra pas d’en haut, mais de la résistance face à l’oppression de l’oppresseur.

Tely Gomba Barry, citoyen engagé

Share.

Leave A Reply