Tribune: L’urgence face au COVID 19, que faire ?

0

Si le rythme des détections de cas de Covid-19 se maintient, nous serons à plus de 1000 cas confirmés ce dimanche 26 avril 2020.
À ce niveau, à moins d’un confinement strict, il est impossible d’arrêter la propagation du virus.
Les semaines passées nous ont prouvé deux chose si besoin était :
1-notre administration est incapable de gérer cette crise en maîtrisant la propagation du virus.
2-notre système de santé est déjà saturé et il est incapable de fournir des soins médicaux aux personnes atteintes de covid-19 qui développent des symptômes sévères (insuffisance respiratoire).
Le constat est implacable: nous sommes incapables d’empêcher la propagation du virus et nous sommes incapables de soigner les cas graves.
Grâce aux différentes études nous savons que dans la majorité des cas, les malades du covid-19 guérissent spontanément. Seulement certaines catégories de personnes dites vulnérables, développent des symptômes graves tels que l’insuffisance respiratoire.
Ces catégories de personnes sont en général les personnes dont le système immunitaire est faible ou bien qui souffrent de maladies chroniques: les vieilles personnes (+50 ans), les diabétiques, les asthmatiques, les personnes avec des antécédents médicaux, les fumeurs…
En addition à cette urgence sanitaire, les populations sont aujourd’hui plus que jamais exposées à la précarité sociale.
La crise sanitaire et les mesures du gouvernement, qui au demeurant se sont avérées inefficaces dans la lutte contre la propagation, ont entraîné une paralysie de l’activité économique. L’agriculture et le commerce qui sont les principales activités économiques du pays subissent de plein fouet la crise. Impossible d’exporter la production locale et impossible d’importer les marchandises.
D’un point de vue personnel je pense qu’il est temps que les initiatives privées prennent le relais afin de préserver certaines vies et de permettre à l’activité économique de reprendre des couleurs.
Ma proposition serait donc de :
1- tester puis confiner les personnes vulnérables dans des bâtiments avec une interaction minimale avec les autres couches de la société.
2- lever les mesures restrictives qui asphyxient le circuit économique.
La mise en œuvre du premier point peut être relativement simple: dans chaque quartier et dans chaque localité trouver une solution d’hébergement qui puisse recevoir un maximum de personnes, recenser et proposer le confinement aux personnes vulnérables dans les locaux aménagés à cet effet . Affecter du personnel (cuisine, entretien et santé) à ces locaux. Le financement doit être participatif à défaut d’avoir une aide publique.
En 2 mettre une pression politique sur le gouvernement afin qu’il lève toutes les mesures qui entravent la liberté de circulation des biens sur le territoire national.
Avec cette nouvelle stratégie, on pourrait ainsi :
– éviter l’engorgement des hôpitaux avec des cas sévères qui prennent du temps à se rétablir.
– sauver des vies en protégeant les personnes vulnérables du virus
– réduire l’impact économique de cette crise sanitaire sur le système de production.

À moins d’être strict, le confinement général de la population est inefficace dans la lutte contre la propagation de ce virus hautement contagieux. Un confinement général est inenvisageable dans notre pays à cause notamment de la pauvreté et des comportements sociaux.
Le temps est venu de miser sur l’immunité collective tout en protégeant les personnes vulnérables.

Ibrahima Kalil SIDIBE
Activiste

Share.

Leave A Reply