VBG en Guinée : des femmes activistes se penchent sur un mouvement féminin national

0

Plusieurs femmes activistes ou défenseurs des droits humains se sont retrouvées au Tour d’une Table Ronde ce jeudi 29 décembre 2018 au siège d’Amnesty International Guinée sis à Lambangni.

Cette rencontre est une manière pour elles de participer ensemble à la campagne mondiale des 16 jours d’activisme TOUS UNIS contre laes violences faites aux femmes, célébrée cette année sous le thème #ÉcoutezMoiAussiGuinée.

Cette journée d’échanges et de partages d’idées a été organisée par le Comité des ONGs (AIW, Amnesty International Guinée, F2DH et WAFRICA Guinée). Elle a été animée par la présidente de l’ONG WAFRICA (women of Africa ou femmes de Guinée), Fatou Anne Souaré.

Selon elle, l’un des objectifs est de faire porter le travail des femmes, les faire entendre un peu partout dans le monde. «C’est important pour nous de faire l’Etat des lieux. Est-ce que le mouvement féminin est vivant? Quels sont des défis etc.», affirme la directrice exécutif de l’ONG WAFRIC-Guinée.

Car dit elle,  «après le constat, le mouvement féminin pour les droits des femmes s’y trouve en Guinée mais il y a des faiblesse».

Pour palier à ces faiblesses, Fatou Souaré Anne trouve qu’il faut une intégration de chacune pour les jeunes filles qui évoluent dans des ONG. Créer aussi de nouvelles dynamiques qui viendront appuyer les dynamiques existantes et les renforcer.

De son côté, le coordinateur d’Amnesty international Guinée fait savoir que  cette campagne dvise à mettre l’accent sur les femme avec les 16 jours d’activisme. «Toutes les pétitions lancées, cette fois ci concernent les femmes. C’est pour apporter notre solidarité à dix femmes défenseures des droits Humains à travers le monde», déclare M. Souleymane Sow d’amnesty Guinée.

Il ajoute également qu’une seconde campagne dénommée « écrire pour le droit »
est prévue dans le cadre des activités que mène Amnesty tous les ans aux alentours de 10 décembre pour soutenir les défenseurs des droits humains et à l’occasion de 70ème anniversaire de la déclaration des droits de l’homme.

En Guinée, environ 92% des femmes dont l’âge oscille entre 15 et 49 ans sont victimes de violences basées sur le genre. Ce qui fait de ce pays le deuxième au monde en matière de mutilation génitale féminine. Et le taux de violences domestiques qui est à 63%, l’un des taux les plus élevés dans la sous région, dresse le directrice exécutif de WAFRICA-Guinée a selon Fatou Souaré Anne.

Siddy Koundara Diallo pour guineemonde.com 

Share.

Leave A Reply