Certains membres de la FIDH tenteraient-ils de bâcler le dossier du massacre du 28 septembre 2009 ?

0

Des révélations récentes faites par des avocats centrafricains accablent la fédération internationale des ligues des droits de l’homme. Ces avocat demandent même l’audit de la FIDH, qui selon eux se sert des dossiers sur des exactions commises en Afrique pour s’enrichir, citant en exemple le jugement et la condamnation d’un chef de guerre centrafricains.

C’est au tour des avocats des victimes du massacre du 28 septembre 2009 à Conakry, de dénoncer les agissements de certains membres de la même FIDH.

L’un de ces avocats a marqué son désaccord avec la FIDH concernant le dossier de ce massacre survenu dans un stade de Conakry au temps de la transition sous l capitaine Moussa Dadis Camara

 » Nous ne sommes pas d’accord de la façon dont la FIDH veut qu’on juge l’affaire du massacre du 28 septembre. Ils ont un agenda caché, lors d’une réunion ils nous ont demandé de retirer les plaintes contre capitaine Moussa Dadis Camara et le général Sékouba Konaté. Ce que nous refusons. Ils veulent un procès bâclé pour aller après dire aux institutions que le procès s’est bien tenu pour avoir de l’argent. Nous, nous voulons un procès équitable et juste ».

Les avocats de ces victimes accusent même Abdoul Ghadiri Diallo, le président par intérim de l’OGDH et certains membre des associations des victimes de jouer le jeu de la FIDH.

Nous y reviendrons

Oury Saran Baldé pour Guineemonde.com

Share.

Leave A Reply