CONAKRY: Ouverture de la première session de l’Assemblée ordinaire de l’INIDH

0

La première session ordinaire de l’Assemblée plénière de l’institution nationale indépendante des droits humains, depuis sa mise en place il y’a 3 ans et demi a débuté ce mardi 05 juin 2018 au palais du peuple.

Dans son discours, le président de L’INIDH a évoqué le rôle de l’institution chargée de veiller aux respects des droits humains en Guinée.

 » l‘INIDH est l’autorité constitutionnelle indépendante compétente en matière de promotion et de protection des droits humains.Elle veille aux respect des droits fondamentaux à travers des saisines à la cour constitutionnelle par ses avis, recommandations reporting, interpelation ou la production des rapports. Elle conseille aussi le gouvernement et le parlement pour une gouvernance conforme aux respects de la dignité humaine » a rappelé le président de L’INIDH Alia Diaby.

Cette session durera 20 jours, c’est à dire jusqu’au 25 juin.  Ce président contesté par certains a dénoncé des violations de droits humains en cette année 2018.

 » Cette année a été marquée dans le prolongement des manifestations de 2017, par la gréve des enseignants, et de nombreuses manifestations poste électorales entraînant la violations de la liberté de réunion, d’association, du droit de manifestation et du cortège, du droit à la vie, de la liberté syndicale et du droit à un environnement saint et durable.

Cette année a été aussi marquée par au moins un enlèvement à l’insu de l’Etat suivi de torture et de mort. Il y’a eu aussi l’arrestation et la détention d’un responsable syndical. Il y’a aussi un risque de violer le droit de propriété, du droit au logement dans le deguerpissement aux alentours de la décharge de dar es-salam » a indiqué ce professeur de droit dans des universités guinéennes.

Au cours de cette session plénière, les 23 commissaires présents sur les 30 qui composent l’INIDH vont produire des rapports où tout ces maux seront mentionnés.

Il faut noter que lors le renouvellement du bureau exécutif de cette institution qui s’est déroulé il y’a quelques mois, des voix de contestation s’étaient levées contre le congrès qui avait permis à M. Alia Diaby d’être élu président de cette institution.

Oury Saran Baldé pour guineemonde.com

Share.

Leave A Reply