CONAKRY: ouverture du forum national sur les Etats généraux des droits de l’Homme

0

Ce grand forum a été lancé ce mercredi 20 juin. Il a connu la participation des membres du gouvernement, des Institutions républicaines et internationales, la société civile et les partis politiques.

Pendant 72 heures, les panélistes vont échanger sur la finalisation du processus de consultation des Etats généraux des droits de l’Homme en Guinée. C’est une initiative du ministère de l’unité nationale et de la citoyenneté dont le financement a été assuré par l’Union européenne. Les violations des droits humains sont devenues une routine en Guinée. Ce qui est une préoccupation pour l’opinion nationale et internationale.

Dans son discours, la représentante de l’Union européenne en Guinée Elisabeth Péri a suggéré l’amélioration des conditions de travail des agents de force de sécurité, « les guinéens ont besoin des forces de sécurité bien formées et équipées, travaillant dans des conditions optimales pour garantir la sécurité, c’est pourquoi l’UE n’a pas hésité d’apporter sa contribution à la réforme du secteur de sécurité engagée par Alpha Conde dès son arrivée au pouvoir« , a dit le diplomate européenne.

Avant l’intervention des officiels, une projection d’un micro trottoire a éte faite. Dans cette vidéo, certains citoyens ont exprimé leurs ras-le-bol concernant les violations des droits humains. A travers la corruption, les tortures, les tuéries et autres.

Un message que semble avoir compris le ministre de la citoyenneté Gassama Diaby qui, dans son discours affirme, « la promotion et la protection des droits de l’Homme ne peuvent s’inscrire sans une démarche globale de renforcement de l’accès à l’éducation, et l’accès à la circulation de l’information. Les citoyens bien éduqués et bien informés de capacité sont des citoyens qui ont la capacité de défendre leurs droits.
Garantir les droits civiles et politiques. S’agissant de ces droits, l’Etat a mis en place ces dernières années plusieurs Institutions prévues par notre constitution: l’lNIDH, la Haute Autorité de la Commnunication,la Cour constitutionnelle, la cour des comptes, la Commission de réflexion et de reconciliation>>.

Le ministre a par ailleurs reconnu le respect des certains droits notamment
la liberté de culte, les manifestions politiques, les libertés de commerce et d’entrependre sont globalement respectées, les grandes réformes de la justice et de la sécurité sont lancées(…). Mais cependant, déplore t-il, les violations de ces droits civils et politiques se poursuivent. Des exécutions arbitraires, extrajudicaires, sommaires, commis par le passé ont éte cités lors de ces différentes consultations préfectorales des Etats généraux en 1995, 2015 et en 2016, démontrant la vivacité des citoyens.

Ainisi, « Notre pays a besoin de réconciliation. Je crois qu’on a pas besoin des lunettes pour savoir qu’en Guinée, nous sommes dans un malaise national » a conclu M. Khalifa Gassama Diaby.

Siddy Koundara Diallo pour guineemonde.com

Share.

Leave A Reply