JUSTICE: le collectif des associations engagées se prononce sur la libération de Diaraye Baldé

0

Le collectif des associations engagées pour la libération de Diaraye Baldé a animé un point de presse ce vendredi 22 juin au siège de la PECUD dans la commune de Ratoma.

À cette occasion, le collectif a fait une déclaration sur les raisons qui l’ont poussé à demander la libération de l’étudiante.

Diaraye Baldé, jeune étudiante de 20 ans fait l’objet d’une plainte, suivie d’une arrestation pour fait de braquages à mains armées. Elle a été incarcerée depuis novembre 2017 alors qu’elle est enceinte. Sa grossesse est à son huitième mois.

« Eu égard à la situation de l’accusée, des associations des droits de l’Homme et autres acteurs de la société civile guinéenne se sont constitués en un collectif pour demander un aménagement de ses conditions afin de lui garantir une situation de grossesses décente et minimum de sécurité pour accueillir cet être vulnérable qui jusque là n’est coupable de rien. Car, un accouchement en prison démultiplierait l’angoisse de la future maman (isolement, précarité, manque de suivi post natal,..).

C’est dans cette optique que notre collectif a mené des plaidoyers auprès de l’Institution Nationale Indépendant des Droits Humains, le Ministère de l’Unité Nationale et de la citoyenneté et celui de la justice pour qu’ils oeuvrent en faveur de la mise en liberté conditionnelle de Diaraye Baldé enceinte de huit (8) mois de protéger l’enfant à naitre qui est innocent.

Le collectif salue la mobilisation des citoyennes et citoyens de la Guinée et d’ailleurs pour la libération de Diaraye.
Également, il remercie les personnalités socio-politiques qui se sont impliqués pour faciliter la mise en liberté conditionnelle de la jeune fille. »

Selon le collectif, Diaraye Baldé est hébergée dans un lieu sûr qui garantira sa situation de grossesse, un minimum de sécurité et un suivi médical.

Par ailleurs, dans les prochains jours le collectif compte soutenir la plainte de Diaraye Baldé qui aurait été victime de violences sexuelles pendant des années.

Pour rappel, cette jeune étudiante a retrouvé sa liberté le mercredi 20 juin 2018.

Siddy Koundara Diallo pour guineemonde.com

Share.

Leave A Reply